Bilderberg sera-t-il toujours pertinent à mesure que l’avenir de la guerre se transforme par l’intelligence artificielle ?

Print Friendly, PDF & Email

Le sommet Bilderberg de cette année est consacré à la guerre – mais ce tous veulent conquérir, c’est l’intelligence artificielle

The Guardian, Charlie Skelton, 11 juin 2018: Will Bilderberg still be relevant as the future of war is transformed
© Traduction Roger Burkhardt, redistribution autorisée si le nom du traducteur et la source sont mentionnés

Original Article in EnglishDeutsche Übersetzung

Bilderberg sera-t-il toujours pertinent à mesure que l'avenir de la guerre se transforme par l'intelligence artificielle ?
L’intelligence artificielle transforme l’avenir de la guerre

Le sommet Bilderberg de 2018 est un conseil de guerre. Au programme : la Russie et l’Iran. Dans la salle de conférence : Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’OTAN, Ursula von der Leyen, la ministre allemande de la Défense, et Bernard Émié, le directeur des services de renseignement français (la DGSE).

Ils sont rejoints à Turin, en Italie, par une foule de stratèges académiques et de théoriciens militaires, mais pour ces pays (en conflit) dans des points géopolitiques chauds, ces pourparlers n’ont rien de théorique. Pas quand Jüri Ratas et Ana Brnabic, les premiers ministres de l’Estonie et de la Serbie, discutent de la Russie, ou si Mehmet Simsek, le vice-Premier ministre turc parle de l’Iran.

L’indication la plus claire d’une sorte de conflit dirigé par les États-Unis est la présence du meilleur belliciste du Pentagone, James H Baker. C’est un expert dans les tendances militaires, et aucune tendance n’est plus à la mode dans le monde de la stratégie de combat que l’intelligence artificielle. Bilderberg consacre toute une session à l’IA cette année – et a invité le théoricien militaire Michael C Horowitz, qui a beaucoup écrit sur son impact probable sur l’avenir de la guerre.

Q & A : La Russie présente-t-elle une menace crédible pour le Royaume-Uni ?

La Russie a été un épouvantail utile depuis son “annexion” de la Crimée en 2014 (qui n’était pas une annexion, voyez Die Krim und das Völkerrecht). Les chefs militaires britanniques ont été effrayés lorsque la Russie, lors d’une intervention en Ukraine, a utilisé une combinaison de drones et d’artillerie pour détruire les armures ukrainiennes, ce qui a soulevé cette question : le Royaume-Uni pourrait-il faire beaucoup mieux que les Ukrainiens dans des circonstances similaires ?

Le Royaume-Uni est suffisamment éloigné pour que la Russie ne constitue pas une menace territoriale. Mais des forces britanniques sont déployées dans les États baltes avec des forces américaines et d’autres forces de l’OTAN comme moyen de dissuasion dans l’éventualité peu probable d’un accaparement des territoires par les Russes.

La Russie présente une menace par la guerre hybride, ou l’utilisation d’actes de perturbation négatifs – principalement des cyber-attaques sur le Royaume-Uni qui pourraient perturber les services essentiels ou interférer dans le processus démocratique, comme dans les élections et les votes électroniques.

President Vladimir Poutin
Le président russe, Vladimir Poutine, et le président chinois, Xi Jinping investissent massivement dans l’intelligence artificielle

Horowitz voit l’IA comme “le facilitateur ultime”. Dans un article publié il y a quelques semaines dans le Texas National Security Review, il cite la remarque de Poutine à partir de 2017 : «L’intelligence artificielle est l’avenir, non seulement pour la Russie, mais pour toute l’humanité. Celui qui devient le leader dans cette sphère deviendra le chef du monde».

Horowitz dit que «la Chine, la Russie et d’autres pays investissent de manière significative dans l’IA pour augmenter leurs capacités militaires respectives», parce qu’elle offre «la capacité de perturber la supériorité militaire américaine». La domination militaire mondiale pourrait soudainement se trouver à leur portée – ce qui nous amène à l’élément le plus intriguant de l’agenda Bilderberg de cette année : «Le leadership mondial des États-Unis».

Le sage géopolitique le plus éminent de Bilderberg, Henry Kissinger, fait résonner cette phrase sinistre avec un plaisir renouvelé. Il a sonné le glas du leadership mondial américain pendant des décennies. En 2005, il a décrit la façon dont la montée de la Chine entraînerait «une réorganisation substantielle du système international».

La Maison Blanche montre un signe d’inquiétude en envoyant à Bilderberg le directeur du Conseil national de sécurité pour la Chine, Matthew Turpin. Ce n’est pas que ce “déplacement du centre de gravité” à l’est serait une simple confidence que Turpin pourrait murmurer à l’oreille de Trump.

En réalité, de quoi s’agit-il ? Ce remodelage tectonique du pouvoir, dans lequel “le centre de gravité des affaires mondiales” se déplace d’Amérique en Chine, est un concept pré-IA. Sundar Pichai, le directeur général de Google a récemment décrit l’IA comme plus importante pour l’humanité que «l’électricité ou le feu». Ce que cette “révolution globale” signifie pour les structures de pouvoir traditionnel, c’est la possibilité d’une transformation totale. Ce n’est pas un simple passage du témoin du leadership des États-Unis à la Chine. C’est toute la structure du leadership mondial qui pourrait tout simplement s’effondrer, ou prendre une forme que personne, même pas Kissinger, ne pouvait prévoir.

Ce que cela signifie pour Bilderberg, c’est que le système d’influence transatlantique et de formation de l’opinion que le groupe a passé plus de six décennies à affiner pourrait disparaître du jour au lendemain. Toutes les machinations diplomatiques de Józef Retinger et Étienne Davignon, tous les pouvoirs de Rockefeller, Agnelli et Wallenberg, seraient anéanties par la perturbation entraînée par l’IA.


Weaponized AI Drone Swarms Employ Cutting-Edge AI-Technology

Rien d’étonnant à ce que Bilderberg, dans cet état d’angoisse existentielle, tente désespérément de suivre les derniers développements technologiques : cette année on y discute de “l’informatique quantique” dans une session dirigée par Hartmut Neven, directeur du Quantum Artificial Intelligence Lab de Google. La liste des invités de Turin est bourrée de gens de Google. L’expert en intelligence artificielle Demis Hassabis, qui dirige le projet DeepMind de Google, est déjà un habitué de la conférence. Bilderberg sait que l’avenir réside dans la haute technologie, donc il saisit Google à deux mains.

En attendant, avoir quelques guerres par procuration avec la Russie est un moyen agréable de passer le temps. Surtout si vous dirigez une compagnie d’armes géante, comme plusieurs des protagonistes de Bilderberg. Marcus Wallenberg est président de Saab, qui fabrique des avions de chasse. Giampiero Massolo est président de Fincantieri, qui fabrique des frégates. Et Thomas Enders est le chef d’Airbus, la septième plus grande compagnie d’armes au monde. Les escarmouches en Estonie seraient bonnes pour les affaires, sinon pour l’Estonie.

Pourtant, la plus grande question d’éthique à laquelle le sommet doit faire face n’est pas de savoir s’il faut tirer profit de la folie de la guerre. Bombarder et reconstruire des pays, les missiles et la dette, tout va bien : c’est ainsi que fonctionne le néolibéralisme. Ce qui est plus difficile à justifier, dans un cadre démocratique, c’est la manière de laquelle sont débattus les conflits, à huis clos, par des décideurs de haut niveau, de concert avec des industriels milliardaires et des profiteurs du secteur privé. Mark Rutte, le premier ministre des Pays-Bas, dans le luxe de sa résidence privée discute des points chauds mondiaux avec Ben van Beurden, le PDG de Royal Dutch Shell, et José Manuel Barroso, le président de Goldman Sachs International. La perspective est effrayante!


Sir John Sawers, ex-head of the UK Secret Intelligence Service and chairman of Macro Advisory Partners, discusses Russia, Syria, Donald Trump and the issue of free trade.

Syrie : l'attaque chimique mise en scène par des rebelles soutenus par Washington (note du traducteur)

Le sénateur américain Rand Paul dit que «l’attaque chimique en Syrie a été menée sous faux drapeau (false flag) ou qu’Assad est le dictateur le plus stupide de la planète».

L’attaque chimique en Syrie mise en scène : le journaliste américain Pearson Sharp de One America News a visité la ville de Douma dans la périphérie de Damas à la recherche de preuves d’une attaque chimique. Sharp rapporte que la quarantaine de résidents locaux qu’il a interrogés sur le terrain à Douma ont tous nié qu’une attaque chimique avait eu lieu. Sharp a été informé que l’attaque chimique avait été mis en scène par les forces rebelles soutenues par Washington dans le but de fournir à la coalition menée par les États-Unis un prétexte pour une réponse militaire. Les frappes aériennes occidentales ont provoqué un chaos qui a permis aux rebelles de s’échapper de la zone. Sharp a également rapporté que les résidents ont révélé qu’ils étaient heureux de voir les rebelles vaincus. Ils les ont qualifiés de terroristes et ont félicité le président Assad et son gouvernement.

L’attaque chimique en Syrie simulée : Uli Gack, journaliste allemand à la ZDF, confirme le rapport du journaliste américain Pearson Sharp.

Les frappes aériennes occidentales en Syrie sont contraires au droit international : cette frappe aérienne sur des installations d’armes chimiques présumées en Syrie constitue une violation du droit international. Telle est la conclusion de l’expertise du Service scientifique du Bundestag allemand.

Toute guerre est fondée sur la tromperie – Sun Tzu, général chinois, stratège militaire et philosophe

À Bilderberg, vous avez le secrétaire général de l’OTAN qui parle de la Russie avec des financiers dont le travail consiste à transformer les connaissances en dollars. Sir John Sawers, membre de Bilderberg, dirigeait le MI6. Il dirige maintenant Macro Advisory Partners, aidant ses clients à naviguer dans «un paysage mondial volatil et fragmenté» tout en «maximisant les opportunités et minimisant les risques». Il fait de même pour British Petroleum, en tant que membre de son conseil d’administration.

C’est ce que Kissinger fait depuis des décennies grâce à Kissinger Associates : tirer parti de l’information pour de l’argent. Ce n’est pas ainsi que la démocratie représentative est censée fonctionner. C’est comme ça que Wall Street fonctionne. C’est la version géopolitique des délits d’initiés : accès privé à des informations non publiques.

Ce que les politiciens de Bilderberg doivent réaliser, quand ils font une pause de la guerre de remue-méninges pour profiter du buffet, c’est qu’ils sont eux-mêmes le buffet. Il n’y a pas beaucoup de dignité à saper la démocratie. Mais des sommes colossales sont en jeu et pour beaucoup de gens c’est bien assez.

 

Bilderberg 2018 – La liste des invités de Turin :

VAT – Parolin, H.E. Pietro – Cardinal and Secretary of State (the Vatican is above all a political organization)

INT – Azoulay, Audrey – Director-General, UNESCO

INT – Brende, Børge – President, World Economic Forum

INT – Ischinger, Wolfgang – Chairman, Munich Security Conference

INT – Oettinger, Günther H. – Commissioner for Budget & Human Resources, European Commission

INT – Stoltenberg, Jens – Secretary General, NATO

AUT – Ecker, Andrea – Secretary General, Office Federal President of Austria

AUT – Rendi-Wagner, Pamela – MP

AUT – Scholten, Rudolf – President, Bruno Kreisky Forum for International Dialogue

AUT – Zeiler, Gerhard – President, Turner International

BEL – Berx, Cathy – Governor, Province of Antwerp

BEL – Leysen, Thomas – Chairman, KBC Group

BEL – Michel, Charles – Prime Minister

CAN – Anglade, Dominique – Deputy Premier of Quebec; Minister of Economy, Science and Innovation

CAN – Champagne, François-Philippe – Minister of International Trade

CAN – Pichette, Patrick – General Partner, iNovia Capital

CAN – Sabia, Michael – President and CEO, Caisse de dépôt et placement du Québec

CHE – Beerli, Christine – Former Vice-President, International Committee of the Red Cross

CHE – Kudelski, André – Chairman and CEO, Kudelski Group

CHE – Schneider-Ammann, Johann N. – Federal Councillor

DEU – Achleitner, Paul M. – Chairman Supervisory Board, Deutsche Bank AG; Treasurer, Foundation Bilderberg Meetings

DEU – Döpfner, Mathias – Chairman and CEO, Axel Springer SE

DEU – Enders, Thomas – CEO, Airbus SE

DEU – Köcher, Renate – Managing Director, Allensbach Institute for Public Opinion Research

DEU – Leyen, Ursula von der – Federal Minster of Defence

DNK – Hedegaard, Connie – Chair, KR Foundation; Former European Commissioner

DNK – Topsøe, Jakob Haldor – Chairman, Haldor Topsøe Holding A/S

ESP – Botín, Ana P. – Group Executive Chairman, Banco Santander

ESP – Cebrián, Juan Luis – Executive Chairman, El País

ESP – Rivera Díaz, Albert – President, Ciudadanos Party

ESP – Sáenz de Santamaría, Soraya – Deputy Prime Minister

EST – Ratas, Jüri – Prime Minister

FIN – Herlin, Antti – Chairman, KONE Corporation

FIN – Lepomäki, Elina – MP, National Coalition Party

FIN – Wahlroos, Björn – Chairman, Sampo Group, Nordea Bank, UPM-Kymmene Corporation

FRA – Barbizet, Patricia – President, Temaris & Associés

FRA – Blanquer, Jean-Michel – Minister of National Education, Youth and Community Life

FRA – Bouverot, Anne – Board Member; Former CEO, Morpho

FRA – Castries, Henri de – Chairman, Institut Montaigne; Chairman, Steering Committee Bilderberg Meetings

FRA – Cazeneuve, Bernard – Partner, August Debouzy; Former Prime Minister

FRA – Émié, Bernard – Director General, Ministry of the Armed Forces

FRA – Patino, Bruno – Chief Content Officer, Arte France TV

FRA – Pouyanné, Patrick – Chairman and CEO, Total S.A.

GBR – Agius, Marcus – Chairman, PA Consulting Group

GBR – Carney, Mark J. – Governor, Bank of England

GBR – Gilvary, Brian – Group CFO, BP plc

GBR – Hassabis, Demis – Co-Founder and CEO, DeepMind

GBR – Hodgson, Christine – Chairman, Capgemini UK plc

GBR – Minton Beddoes, Zanny – Editor-in-Chief, The Economist

GBR – O’Neill, Onora – Emeritus Honorary Professor in Philosophy, University of Cambridge

GBR – Osborne, George – Editor, London Evening Standard

GBR – Rudd, Amber – MP; Former Secretary of State, Home Department

GBR – Sawers, John – Chairman and Partner, Macro Advisory Partners

GBR – Woods, Ngaire – Dean, Blavatnik School of Government, Oxford University

GRC – Mitsotakis, Kyriakos – President, New Democracy Party

GRC – Papalexopoulos, Dimitri – CEO, Titan Cement Company S.A.

IRL – Brennan, Eamonn – Director General, Eurocontrol

IRL – Donohoe, Paschal – Minister for Finance, Public Expenditure and Reform

IRL – O’Leary, Michael – CEO, Ryanair D.A.C.

ITA – Alesina, Alberto – Nathaniel Ropes Professor of Economics, Harvard University

ITA – Caracciolo, Lucio – Editor-in-Chief, Limes

ITA – Cattaneo, Elena – Director, Laboratory of Stem Cell Biology, University of Milan

ITA – Colao, Vittorio – CEO, Vodafone Group

ITA – Elkann, John – Chairman, Fiat Chrysler Automobiles

ITA – Gruber, Lilli – Editor-in-Chief and Anchor “Otto e mezzo”, La7 TV

ITA – Massolo, Giampiero – Chairman, Fincantieri Spa.; President, ISPI

ITA – Mazzucato, Mariana – Professor in the Economics of Innovation and Public Value, University College London

ITA – Rossi, Salvatore – Senior Deputy Governor, Bank of Italy

LVA – Rubesa, Baiba A. – CEO, RB Rail AS

NLD – Beurden, Ben van – CEO, Royal Dutch Shell plc

NLD – Halberstadt, Victor – Professor of Economics, Leiden University; Chairman Foundation Bilderberg Meetings

NLD – Kaag, Sigrid – Minister for Foreign Trade and Development Cooperation

NLD – Knot, Klaas H.W. – President, De Nederlandsche Bank

NLD – Rutte, Mark – Prime Minister

NOR – Brandtzæg, Svein Richard – President and CEO, Norsk Hydro ASA

NOR – Helgesen, Vidar – Ambassador for the Ocean

NOR – Skartveit, Hanne – Political Editor, Verdens Gang

POL – Applebaum, Anne – Columnist, Washington Post; Professor of Practice, London School of Economics

POL – Hajdarowicz, Greg – Founder and President, Gremi International Sarl

POL – Sikorski, Radoslaw – Senior Fellow, Harvard University; Former Minister of Foreign Affairs, Poland

PRT – Amorim, Paula – Chairman, Américo Amorim Group

PRT – Barroso, José M. Durão – Chairman, Goldman Sachs International; Former President, European Commission

PRT – Mota, Isabel – President, Calouste Gulbenkian Foundation

SRB – Brnabic, Ana – Prime Minister

SWE – Kragic, Danica – Professor, School of Computer Science and Communication, KTH

SWE – Rankka, Maria – CEO, Stockholm Chamber of Commerce

SWE – Wallenberg, Marcus – Chairman, Skandinaviska Enskilda Banken AB

TUR – Dagdeviren, Canan – Assistant Professor, MIT Media Lab

TUR – Koç, Ömer M. – Chairman, Koç Holding A.S.

TUR – Özkan, Behlül – Associate Professor in International Relations, Marmara University

TUR – Simsek, Mehmet – Deputy Prime Minister

TUR – Yetkin, Murat – Editor-in-chief, Hürriyet Daily News

USA – Altman, Roger C. – Founder and Senior Chairman, Evercore

USA – Baker, James H. – Director, Office of Net Assessment, Office of the Secretary of Defense

USA – Burns, William J. – President, Carnegie Endowment for International Peace

USA – Burwell, Sylvia M. – President, American University

USA – Cohen, Jared – Founder and CEO, Jigsaw at Alphabet Inc.

USA – Cook, Charles – Political Analyst, The Cook Political Report

USA – Fallows, James – Writer and Journalist

USA – Ferguson, Jr., Roger W. – President and CEO, TIAA

USA – Ferguson, Niall – Milbank Family Senior Fellow, Hoover Institution, Stanford University

USA – Fischer, Stanley – Former Vice-Chairman, Federal Reserve; Former Governor, Bank of Israel

USA – Goldstein, Rebecca – Visiting Professor, New York University

USA – Hickenlooper, John – Governor of Colorado

USA – Hobson, Mellody – President, Ariel Investments LLC

USA – Hoffman, Reid – Co-Founder, LinkedIn; Partner, Greylock Partners

USA – Horowitz, Michael C. – Professor of Political Science, University of Pennsylvania

USA – Hwang, Tim – Director, Harvard-MIT Ethics and Governance of AI Initiative

USA – Jacobs, Kenneth M. – Chairman and CEO, Lazard

USA – Karp, Alex – CEO, Palantir Technologies

USA – Kissinger, Henry A. – Chairman, Kissinger Associates Inc.

USA – Kleinfeld, Klaus – CEO, NEOM

USA – Kotkin, Stephen – Professor in History and International Affairs, Princeton University

USA – Kravis, Henry R. – Co-Chairman and Co-CEO, KKR

USA – Kravis, Marie-Josée – Senior Fellow, Hudson Institute; President, American Friends of Bilderberg

USA – Makan, Divesh – CEO, ICONIQ Capital

USA – Mead, Walter Russell – Distinguished Fellow, Hudson Institute

USA – Micklethwait, John – Editor-in-Chief, Bloomberg LP

USA – Moyo, Dambisa F. – Global Economist and Author

USA – Mundie, Craig J. – President, Mundie & Associates

USA – Neven, Hartmut – Director of Engineering, Google Inc.

USA – Noonan, Peggy – Author and Columnist, The Wall Street Journal

USA – Petraeus, David H. – Chairman, KKR Global Institute

USA – Pring, Benjamin – Co-Founder and Managing Director, Center for the Future of Work

USA – Rubin, Robert E. – Co-Chairman Emeritus, Council on Foreign Relations; Former Treasury Secretary

USA – Sadjadpour, Karim – Senior Fellow, Carnegie Endowment for International Peace

USA – Schadlow, Nadia – Former Deputy National Security Advisor for Strategy

USA – Summers, Lawrence H. – Charles W. Eliot University Professor, Harvard University

USA – Thiel, Peter – President, Thiel Capital

USA – Turpin, Matthew – Director for China, National Security Council